[Moth ALU] Restauration Gouget 1962

Remises en états ou optimisations complètes
LASEROLOGUE
Légende du Forum
Messages : 3113
Inscription : 04 nov. 2008, 21:29

Re: [Moth ALU] Restauration Gouget 1962

Message par LASEROLOGUE » 21 mars 2020, 16:25

Concernant le dragster de Mr Gouget , quelques réflexions:

Il y a un moteur plutot puissant (à vue de nez 10 à 15 CV) mais léger (un 2 temps...on l'a un peu oublié avec les 4 temps actuels , lourds et coupleux, mais une des qualités du 2 temps c'est sa légèreté et sa forte puissance par unité de cylindrée)

Il y a des flaps gargantuesques pour contrer le cabrage (il y avait d'ailleurs des mini flaps genre jupe arrière sur certaines version du moth alu à voile car comme la coque est emboutie à la presse, le tableau AR avait un rayon de courbure entre fonds et tableau qui donnait in mauvais écoulement hydrodynamique)

Le poste de pilotage à l'extrème avant permet de conserver une assiette correcte. 0n retrouve la même astuce sur l'Espadon , le canot de sauvetage révolutionnaire (semi rigide en 1965 !) propulsé par un monstrueux 40 CV du au sauveteur surfer inventeur Georges Hennebutte, qui passait dans les rouleaux de la côte basque et mâme la barre d'étel à la façon d'un surfer qui fait le canard pour passer sous la vague...
Cf https://www.youtube.com/watch?v=AGHPYf80iX0 ou sur les mini hors bord japonais pour course en stade nautique sponsorés par les Yakuzas (la maffia japonaise) avec prise de paris comme au PMU https://www.youtube.com/watch?v=s1HLpT5PheQ

On peut skier et même faire du mono avec seulement 10 CV (moi pas, je pèse désormais 85 Kilos) mais j'ai formé deux jeunes fanas de panche à voile et autre glisse multiple comme monos de voile et ils arrivaient à faire du Wake, du mono et du surf tracté avec une bâte plate jeanneau newmatic ancien modèle et un 9,9 Suzuki 2T pas neuf du tout mais peut être un brin débridé avec une hélice qui se trouvait avoir le pas "qui va bien" par un coup de pot...en chargeant l'avant et en gérant finement l'incidence du ski ou de la planche de glisse un jeune gars athlétique de 6O/65 kios y arrive très bien à condition d'être bien entraîné et habile.

Gouget était lui même régatier donc habitué à gérer l'assiette d'une petite coque sous motorisée par une malheureuse voile de moth en tergal des années 50 qui doit développer dans les 4 ou 5 Cv par grand vent.... par contre , utilisation sur eau plate ou , mieux, très légèrement ridée , car dès que le clapot se creuse un peu la pauvre coque gouget alu en tôle mince doit souffrir atrocement...



LASEROLOGUE
Légende du Forum
Messages : 3113
Inscription : 04 nov. 2008, 21:29

Re: [Moth ALU] Restauration Gouget 1962

Message par LASEROLOGUE » 21 mars 2020, 16:37

Et qunt à l'installation du moteur sur cette coque au tableau très bas...il ne faut pas oublier que plus une hélice travaille près de la surface de l'eau sur une coque planante, plus elle transmet efficacement la puissance...c'est pour cette raison que les coques de course des hydroplanes américains crachent un fantastique panache d'eau en queue de coq (roostertail) ou que pas mal de grosses vedettes rapides de 70 pieds italiennes sont équipées d'hélices de surface travaillant sous jupe au ras de l'eau (des vrais rasoirs , j'aui failli me couper en dégageant une aussière prise dedans en y allant en plongée sur le yacht d'une bande d'incapables transalpins qui ont essayé de me truander sur le prix de l'intervention)
Ces hélices on souvent couplées à des très délicates transmissions mobiles (transmission Arneson) dans tous les plans et qui n'aiment pas du tout taper dans un obstacle (une fortune à remplacer )

Répondre
https://silk.pl/co-zrobic-z-wlosami-przed-snem-aby-rano-byly-piekniejsze/